Sommet de l’OTAN à Varsovie: un parfum de guerre froide…

Par Jacques Le Dauphin

Directeur de l’Institut de Documentation et de Recherche sur la Paix (IDRP).

Un sommet de l’OTAN s’est tenu à Varsovie les 8 et 9 juillet 2016. On notera que c’est la première fois qu’un sommet de l’Organisation se tient dans un pays de l’est européen. Ce choix est symbolique de l’orientation prioritaire que l’on entendait donner à une telle rencontre. Si l’agenda comportait les réactions à un arc d’insécurité et d’instabilité existant aujourd’hui, en particulier au Moyen-Orient, il se voulait centré tout particulièrement sur l’attitude à adopter vis-à-vis de la Russie, en réaffirmant une position commune. Dès le début du sommet l’accent fut porté sur le relationnel avec la Russie et la nécessité d’établir une réelle dissuasion à son égard, laquelle serait garante de la sécurité collective en Europe. Les termes employés à ce sujet pouvaient rappeler les motivations qui avaient présidé à la création de l’OTAN en 1949 face à l’Union Soviétique. Aujourd’hui, c’est de la Russie qu’il s’agit. Est-ce la découverte d’une machine à remonter le temps ? On peut penser qu’en panne de raison d’être et de missions, l’OTAN, pour justifier son existence, a besoin de faire valoir une menace, un ennemi désigné, en l’occurrence la Russie… «fermeté», «dialogue» furent préconisés à son égard. Lors du débat quelques pays tendaient à privilégier le dialogue, mais, sans occulter le dialogue, une majorité optait pour la « fermeté ». En définitive le consensus s’est établi sur cette base. Ainsi le communiqué présenté par les chefs d’État et de gouvernement motive ce choix en ces termes « les actions agressives de la Russie, y compris son activité provocatrice à la périphérie du territoire de l’OTAN, sa volonté avérée d’atteindre des objectifs politiques sous la menace de la force, présentent un défi fondamental pour l’Alliance ». Ainsi, la Russie représenterait une menace stratégique parce qu’elle réagit contre les avancées de l’OTAN dans sa zone d’influence. De fait, l’Alliance dissuade mais ne veut pas être dissuadée. C’est dans cet esprit que la Russie est considérée comme une menace existentielle. La fermeté s’imposerait donc et certain pays comme la Pologne pensent que l’OTAN « se doit de montrer les dents ».

Le plus gros déploiement militaire aux frontières de la Russie

Décision a été prise de déployer quatre bataillons dans les États baltes et en Pologne. Ce renforcement va se traduire notamment par l’envoi de 4000 hommes (encadrés par quatre pays: États-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne et Canada), au plus près de la Russie. Le Secrétaire général de l’OTAN a déclaré: « ces bataillons seront robustes et multinationaux (…). Une attaque contre un allié sera ainsi considérée comme une attaque contre toute l’Alliance ». Ces troupes seront appuyées par la force « fer de lance », force de réaction très rapide, comptant 5000 hommes et capable d’arriver sur place en quelques jours. Par ailleurs les États-Unis se proposent de déployer en 2017 une brigade blindée de 4200 hommes, dont le quartier général sera situé en Pologne. Comme l’a déclaré le président Obama « la Pologne verra une présence accrue du personnel de l’OTAN et des États-Unis, avec les équipements militaires les plus modernes ». Dans le sud de l’Europe l’OTAN entend s’occuper de plus en plus de la sécurité de la Roumanie et de la Bulgarie qui s’inquiètent du renforcement du dispositif militaire russe en Mer noire. Elle prévoit d’envoyer une force destinée à rassurer ces pays, car, a souligné un responsable américain, « nous percevons dans la zone de la Mer noire des signes d’intimidation ».

Bouclier antimissiles

Le bouclier antimissiles est un projet américain de longue date. Sous la pression des États-Unis, L’OTAN a pris en 2010 la décision de déployer un tel système sur le territoire européen. Le sommet a donné le coup d’envoi. Ce système disposera dorénavant d’une capacité opérationnelle initiale. Les installations basées en Turquie, en Roumanie et en Espagne sont maintenant en mesure de fonctionner. Le quartier général sera situé à la base de Ramstein en Allemagne. Il reste que ce bouclier pose question au sein de l’Alliance. Les États-Unis maîtrisent totalement le projet. Ils ont déjà investi 200 milliards de dollars. Le poids américain est donc déterminant. Dans cet esprit, des craintes s’expriment sur le coût d’une telle réalisation, à laquelle tous les membres seraient amenés à contribuer, et sur la fiabilité réelle du projet sur le territoire européen, fiabilité que des experts tendent à remettre en cause. Le commandement du bouclier sera-t-il américain, plaçant de facto la sécurité des Européens sous la dépendance directe des États-Unis? La question peut se résumer ainsi: qui décidera de l’interception et qui prendra la décision de réagir ? Dans le débat le Secrétaire général de l’OTAN a précisé que « ces installations fonctionneront sous commandement de L’OTAN et sous son contrôle ». Lorsqu’on connaît le leadership exercé par les États-Unis au sein de l’Organisation on ne peut qu’être sceptique sur cette affirmation. Les réserves française ne sont pas levées concernant l’autonomie de sa force nucléaire. En effet, le bouclier, compte-tenu des délais opératoires, suppose une réponse unique. Sauf à intégrer la force nucléaire française dans un partenariat avec les forces américaine et britannique, on ne voit pas la solution. La France s’est cependant rangée à la volonté américaine de déclarer opérationnelle la première brique du bouclier antimissiles de L’OTAN.

Les réactions russes

Le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov a déclaré: « lorsqu’une organisation qui fait de vous un ennemi s’approche, il faut réagir »… Ainsi, la Russie déploie hommes et matériels, y compris des systèmes de défense antiaériens et des missiles à Kaliningrad, l’enclave russe aux confins de la Pologne et de la Lituanie. L’armée russe procède à des investissements dans les armes de précision et des équipements de déni d’accès, tels les S400 qui créent une «bulle» au dessus de la Syrie. Ce sont ces capacités dites duales (conventionnelles et nucléaires) qui sont présentées par l’OTAN comme une « sanctuarisation agressive ». Des mesures « défensives » agressives de part et d’autres sont placées au centre du débat. Par ailleurs, depuis des années, le projet de bouclier antimissiles, avec l’élargissement de l’OTAN jusqu’aux frontières de la Russie, est une pomme de discorde entre L’OTAN et Moscou. Moscou y voyant une rupture de l’équilibre stratégique et par conséquent une menace pour la sécurité du pays. C’est un redoutable problème stratégique, d’autant que le Pentagone prépare le lancement d’un programme de missiles de croisière nucléaires intercontinentaux. La Russie réagira. À ce rythme, on s’achemine vers la reprise de la course aux armements nucléaires après 2021 date d’expiration de l’unique accord de désarmement encore en vigueur ( traité START) c’est à cette escalade que conduisent les décisions prises au sommet de L’OTAN.

Coopérations OTAN/UE renforcées

Jens Stoltenberg a déclaré que le moment était venu de faire évoluer la relation entre L’OTAN et l’Union européenne. En ce sens, furent invités au sommet Donald Tusk et Jean-Claude Junker, respectivement Président du Conseil européen et de la Commission européenne. En marge du sommet ils ont rencontré Barak Obama pour une réunion des dirigeants de l’Union européenne et des États-Unis. Ils ont signé une déclaration commune préconisant un renforcement de la coopération pratique dans certains domaines comme « le développement de capacités de défense cohérentes, complémentaires et interopérables». Selon Jens Stoltenberg, « L’OTAN et l’Union européenne ayant les mêmes intérêts stratégiques sont confrontées aux mêmes défis. Composées en grande partie des mêmes États (22 membres en commun ), elle partagent les mêmes valeurs ». La démarche est claire: par le biais de L’OTAN, Les États-Unis font pression pour entraîner toujours davantage les Européens dans leur sillage afin d’adopter leur conception purement militaire de la sécurité européenne. Cette conception serait-elle la seule voie ? Une autre conception serait possible, plus réaliste, moins dangereuse, plus pacifiste, celle d’une sécurité paneuropéenne. Mais dans cet esprit l’OTAN est un obstacle à lever pour permettre aux Européens d’acquérir une véritable autonomie stratégique. La France se grandirait à la faire valoir, en préconisant notamment la sortie de l’OTAN, du moins pour elle-même.

C’est une démarche à faire grandir dans l’opinion.

JLD

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s